Les sept mariages d'Edgar et Ludmilla - Jean-Christophe Rufin

Publié le par Papillon

"Le mariage est quelque chose de beaucoup trop sérieux pour le confier à des jeunes gens."
 
 
Tout commence en 1958 lors d'un improbable voyage en URSS sous le double patronage du PCF et de Paris-Match pour témoigner du paradis soviétique. Edgar est un tout jeune homme d'origine modeste entrainé un peu par hasard dans cette aventure. Dans un village d'Ukraine, il croise Ludmilla, perchée nue en haut d'un arbre. Une vision si forte qu'elle le pousse à revenir quelques mois plus tard chercher la très jeune femme et lui permettre d'échapper à un destin funeste. Pour la faire sortir d'URSS, une seule solution : l'épouser. Un mariage qui ne sera que le premier d'une longue série, car la vie d'Edgar et Ludmilla est loin d'être un long fleuve tranquille, et leur amour ne le sera pas non plus.
 
"C'est ce qu'il y a de plus beau à vivre, l'inconnu."
 
Ce roman est une sorte de conte (comme le suggère le chiffre 7 dans le titre), qui présente une allégorie du mariage au long cours : des hautes et des bas, des ruptures et des retrouvailles, des blessures et des réconciliations. A travers ses deux personnages un peu baroques, l'auteur fait défiler soixante-dix ans d'histoire contemporaine : les trente glorieuses et le bloc communiste, puis les années fric où les grands patrons s'offrent des titres de presse et des clubs de sport. Les deux héros sont des artéfacts de Tapie et Callas, lui faisant fortune dans des affaires douteuses, elle trouvant la gloire comme cantatrice dont  les grandes scènes se disputent la voix. Et leur vie professionnelle sera aussi chaotique que leur vie privée : de la misère à la richesse, du succès à la ruine, du scandale à la fuite.
 
"On a beau être riche et au soleil, on n'en reste pas moins mortel."
 
La psychologie des personnages n'est pas très fouillée, et même leur amour ne paraît pas si extraordinaire que ça, mais il faut reconnaître à Jean-Christophe Rufin un grand talent de conteur, un don certain pour inventer des personnages fantasques et un humour pétillant. J'ai particulièrement aimé le narrateur qui noue dès le début une complicité avec le lecteur, lui expliquant qu'il a bien connu les deux héros et s'est livré à une enquête minutieuse pour reconstituer l'histoire de leur mariage. Au final, le message de l'auteur semble être que ni la fortune, ni la célébrité, ni la réussite n'apportent le bonheur : seul l'amour est important. Ce n'est pas très profond, mais ça se lit tout seul et c'est assez plaisant.
 
Gallimard, coll. Blanche, 2019. - 384 p.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Annie 03/09/2019 16:35

Je pense que je vais l'éviter, étant souvent déçue par les romans de cet auteur, dont par contre j'avais apprécié le récit de sa marche vers Compostelle.

Papillon 05/09/2019 15:48

C'est aussi celui de ses bouquins que j'ai préféré :-)

Hélène 30/08/2019 10:42

Oui j'ai été assez déçue...

Papillon 01/09/2019 09:04

Je n'avais pas d'attente particulière, donc je n'ai pas été déçue, mais c'est quand même bien léger.

Nicole Grundlinger 29/08/2019 16:14

Ce n'est pas mon préféré de Rufin mais je n'ai pas boudé mon plaisir, toujours contente de retrouver son talent de conteur. Je le préfère dans son volet plus historique :-)

Papillon 29/08/2019 20:26

Je sais que toi tu es une vraie fan ;-)

Aifelle 28/08/2019 10:41

Sachant que l'auteur s'est marié 4 fois, dont 3 fois avec la même femme, il doit en connaître un rayon sur la question :-) Je n'ai lu que "les chemins de Compostelle" que j'ai beaucoup aimé. J'ai plus de méfiance vis-à-vis de ses romans.

Papillon 29/08/2019 11:14

Pareil. Mais celui-ci n'est pas désagréable à lire. Il a beaucoup d'imagination.

keisha 28/08/2019 07:42

Pas urgentissime, alors?

Papillon 29/08/2019 11:12

Non, mais une lecture idéale pour les vacances.

Delphine-Olympe 28/08/2019 07:18

Voilà, c'est ça. Rufin, c'est un conteur qui doit pouvoir s'emparer de n'importe quel sujet pour en faire un roman qu'on aime dévorer !

Papillon 29/08/2019 11:15

Oui, on sent qu'il s'amuse avec ses personnages et avec son lecteur, et j'aime ça.