La bibliothèque des coeurs cabossés - Katarina Bivald

Publié le par Papillon

"Lire ou ne pas lire, telle est la question"
 

 

Après trois romans sombres et denses, j'ai eu envie d'un truc un peu plus léger, un peu plus facile, et quoi de plus sympathique qu'un roman qui parle de livres ?
 
Entre Sara et Amy, tout a commencé par une vente de livres en ligne. S'en est suivi une correspondance entre la jeune libraire suédoise et la vieille dame de l'Iowa, toutes deux grandes lectrices. Échange de livres, de conseils littéraires puis de confidences ont scellé une amitié transatlantique. Quand la librairie où travaille Sara ferme, la laissant désœuvrée, elle décide d'accepter l'invitation d'Amy à venir passer quelques semaines en Iowa. Mais à son arrivée, Sara apprend qu'Amy vient juste de mourir. N'ayant rien de mieux à faire, Sara va quand même décider de rester à Brooken Wheel, qui se révèle être un bled paumé au milieu d'un océan de maïs, petite bourgade du Middle West mourant à petit feu, au fur et à mesure que ses commerces ferment et que sa jeunesse fuit. Les rares habitants qui restent, ayant été informés de la venue de Sara, vont être très attentionnés avec elle. Pour les remercier, elle décide ... d'ouvrir une librairie, où elle vend les livres d'Amy (!) Elle va essayer de convertir tous les habitants de Broken Wheel à la lecture, ce qu n'est pas gagné, mais elle va essayer de trouver à chacun LE livre qui lui convient, et bien sûr elle va y parvenir : sa librairie devient un petit salon de discussion et d'échanges, où l'on papote en buvant un café.
 
"L'odeur des livres neufs. Des aventures pas encore lues. Des amis dont on n'a pas encore fait la connaissance, des heures d'escapade hors de la réalité qui attendent."
 
Soyons francs : ce roman est bourré de bons sentiments, de situations totalement irréalistes et de personnages improbables (une libraire qui se propose de commander des livres sur Amazon : sacrilège !) Sara et ses livres vont redonner vie à la ville et réparer tous les accrocs que le destin a semé dans la vie de ses habitants, comme d'un coup de baguette magique. Mais c'est absolument charmant, et j' ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture, tant ce bouquin recèle d'amour pour les livres. Il est évidemment truffé de références littéraires (pas beaucoup d'auteurs français, à part Proust...) Et il pose en plus une très intéressante question : la littérature vaut-elle mieux que la vie, ou pas ? Sara est le genre de fille qui a toujours préféré lire que vivre, contrairement aux habitants de Brooken Wheel. Avec eux elle découvre la vie, la fête, l'amitié, la communauté. Et elle leur fait cadeau de la magie des livres. Échange de bons procédés. Comme elle, on s'attache aux habitants de cette petite ville américaine et, comme elle, en est content de finalement déclarer :
 
"Cette poignée de gens qu'on aime... en fait, ils valent tous ces livres."
 
Une délicieuse friandise, dénichée chez Keisha.
 
Traduit du suédois par Céline Bruy.
J'ai lu, 2016. - 512 p.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daphné 20/04/2019 21:24

Cela fait plusieurs fois que je le regarde à la médiathèque et finit par le reposer sur l'étagère. Mais peut-être me laisserais je tenter un jour.
Daphné

Papillon 30/04/2019 11:52

A garder pour le jour où tu as envie d'un peu de légèreté.

Mimi21 10/04/2019 06:53

Lu à sa sortie et aussitôt revendu sans l'avoir fini ... Ce genre de lecture ne me convient pas, même pour un peu de légèreté.

Papillon 10/04/2019 20:16

Je n'en abuserais pas, mais de temps en temps, je trouve ça pas désagréable.

Aifelle 09/04/2019 07:34

Quand on choisit ce genre de bouquin, on sait ce que l'on va trouver, mais il faut respirer de temps en temps et rêver sur des mondes moins impitoyables. Question d'équilibre ! Ça ne fait de mal à personne et on peut repartir vers des lectures plus consistantes.

Papillon 09/04/2019 10:46

De temps en temps ça fait du bien de plonger dans quelque chose de bienveillant pour oublier un peu la noirceur du monde. C'est aussi ça que je demande à la littérature.

Autist Reading 08/04/2019 16:21

Avec tes deux derniers billets, tu réalises devant mes yeux ébahis un magnifique grand écart littéraire :D

Papillon 08/04/2019 19:31

Je n'y avais pas pensé mais c'est très vrai. C'est l'un des trucs que j'aime avec la littérature : on peut changer complètement d'univers d'un livre à l'autre.

Nicole Grundlinger 08/04/2019 14:20

Tu as raison, il faut se détendre parfois et, dans le genre, celui-ci m'a l'air plutôt sympa.

Papillon 08/04/2019 19:29

Et il parle de livres, et de lecteurs, ce qui n'est jamais désagréable.

keisha 08/04/2019 09:25

Du feel good, on le sait au départ, mais bah, il y a des livres, on se laisse faire (point trop en abuser non plus ^_^)

Papillon 08/04/2019 19:25

C'est agréable, et sans prétention, alors pourquoi se priver ?

Annie 08/04/2019 08:43

C'est vrai que ce genre de livres fait du bien. Alors pourquoi refuser un tel plaisir ? Je le note pour un jour où j'aurais besoin de croire que la vie est moins compliquée qu'elle ne paraît parfois !

Papillon 08/04/2019 19:23

Oui, c'est un peu comme manger du chocolat quand on a un coup de cafard : ça ne peut pas faire de mal !