Cette chose étrange en moi - Ohran Pamuk

Publié le par Papillon

"Il y a quelque chose d'étrange en moi, répondit Mevlut. J'ai beau faire, je me sens terriblement seul au monde."
 
 
Rien de tel que de marcher des heures dans une ville pour l'appréhender et l'apprivoiser, comme le jeune Mevlut va en faire l'expérience. Mevlut est vendeur ambulant, comme son père. C'est avec lui qu'il est arrivé à Istanbul en 1969, fuyant la pauvreté de son village d'Anatolie. Il n'était qu'un enfant de douze ans qui découvrait la vie et la ville. En nous mettant dans ses pas, Ohran Pamuk nous donne à voir l'histoire et la géographie de la capitale turque, ses mœurs et son évolution sur plus de quarante ans. Quarante ans de la vie d'un homme et quarante ans de la vie d'une ville : de l'enfant à l'adulte, au père et au grand-père ; d'une ville de légende à une mégapole moderne qui n'en finit plus de s’étaler à la conquête de ses collines. A travers cet homme et cette ville, le lecteur appréhende l’évolution de la société turque, dans toutes ses contradictions.
 
"Le monde entier est ennemi des Turcs, mais le plus grand ennemi des Turcs, ce sont les Turcs eux-mêmes."
 
C'est un roman qui déploie une certaine langueur et qui exige qu'on lui accorde du temps. C'est d'ailleurs plus une chronique du temps qui passe qu'un roman, chronique d'une ville, donc, et chronique d'une famille. Nous découvrons la ville par les yeux du jeune et innocent Mevlut, qui déambule dans les rues avec sa perche sur le dos et ses bidons de boza, cette boisson légèrement alcoolisée et typiquement turque, qui se vend de préférence à la nuit tombée. Et pourtant c'est un roman extrêmement dense, car autour de Mevlut il y a toute sa famille, ses cousins, ses amis, et ses clients. Et comme l'auteur fait intervenir tous les personnages tour à tour, on a un peu l'impression de faire partie de la famille, et de partager leurs joies et leurs tracas, leurs amours et leurs deuils.
 
Au début, j'ai trouvé le jeune Mevlut un peu falot, dans le genre gentil garçon qui ne sait jamais prendre parti, entre son père et son oncle, entre ses amis nationalistes et ses amis communistes, entre la solitude et la famille. Même son mariage est le fruit d'une confusion entre deux jeunes filles. Cette méprise, annoncée dès le prologue, sert de fil rouge à tout le roman traversé par l'amour profond que porte Mevlut à son épouse, malgré tous les aléas de leur mariage, et se prolonge par une interrogation sur l'écart entre l'intention et l'action. Mevlut, qui marche autant dans  sa tête que dans les rues, est un philosophe qui observe la ville qui se transforme au même rythme que sa vie à lui change. J'ai fini par m'attacher à cet homme profondément intègre qui refusera toujours les combines foireuses qu'on lui proposera, et les combines sont nombreuses dans cette ville corrompue, touchant autant l’immobilier que l'électricité ou la vente ambulante.
 
"Mevlut n’était pas sans penser que sa plus grande force dans la vie, même dans ses plus mauvais jours, c’était son optimisme — un optimisme que d’aucuns taxaient de naïveté —, sa capacité à tout prendre à la légère, à voir les choses du bon côté."
 
Mevlut le marchand ambulant est aux premières loges pour assister à la croissance et à la modernisation de la ville sous la pression démographique des réfugiés et des paysans venus de l'Est. Autour de lui, l'auteur donne vie à tout le petit peuple d’Istanbul : restaurateurs et vendeurs, femmes de ménage et serveurs, policiers et petits fonctionnaires, et fait vivre tous les quartiers de la ville qui bruissent de vie et se dessinent sous nos yeux, de la place Taksim au Bosphore. On y découvre une société  en pleine transformation, écartelée entre tradition et modernité, entre religion et laīcité, entre dictature et démocratie, entre patriarcat et libéralisation des mœurs. A travers tous ces personnages, deux visions différentes du monde s'opposent : il y a ceux qui veulent être riches et ceux qui se contentent d'être heureux. Et pour Ohran Pamuk les deux sont clairement inconciliables. Mevlut incarne le type qui sait s'accommoder de ce qu'il a et y trouver son bonheur.
 
"Ne pas savoir se satisfaire du bonheur que Dieu lui accordait serait de l'ingratitude."
 
Le roman d'une ville et d'un homme inoubliable, qui demande un peu de concentration et de patience, mais se révèle bourré de charme.
 
Traduit du turc par Valérie Gay-Aksoy.
Gallimard, coll. Du monde entier, 2017. - 688p.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karine 15/01/2018 02:25

J'ai l'impression que j'aimerais mieux le lire après avoir vu la ville... Ma mère le lit actuellement, et elle adore. Je n'ai jamais lu l'auteur. Shame on me.

Papillon 15/01/2018 18:50

C'est sûr que connaître la ville doit apporter un plaisir supplémentaire à la lecture.

krol 12/01/2018 20:28

Il serait peut-être temps que je découvre cet auteur.

Papillon 14/01/2018 19:15

Je le recommande vivement!

Moka 12/01/2018 19:12

Et dire que je n'ai pas encore lu Pamuk.

Papillon 14/01/2018 19:15

Il est très agréable à lire, et c'est l'opportunité de découvrir une autre culture.

Kathel 12/01/2018 08:47

En ce moment, je crains les livres trop lents. Je le garde à l'esprit pour le cas où je visiterais Istanbul !

Papillon 14/01/2018 19:14

C'est ce qui m'a manqué pendant ma lecture : ne pas connaître la ville. C'est un roman qui doit être encore plus plaisant à lire après un séjour la-bas.

Marilyne 11/01/2018 16:34

Je rejoins le commentaire d'Annie. Je ne savais que penser de la quatrième de couverture, ton billet est éclairant, le roman d'une ville, d'une époque.

Papillon 11/01/2018 21:14

C'est ce qui est très bien fichu dans ce roman : le parallèle constant entre l'homme et la ville, l'homme dans cette ville.

Annie 11/01/2018 16:12

J'aime énormément les livres d'Oran Pamuk et je pense avoir lu la plus grande partie d'entre eux. Votre critique ne peut que me confirmer dans l'intention de lire celui-ci quim' apportera, en plus , le plaisir de retrouver Istanbul, une des villes les plus fascinantes parmi celles que j'ai eu la chance de visiter. Merci donc à double titre pour cet article.

Papillon 11/01/2018 21:13

Oui, c'est passionnant de découvrir la ville par les yeux de ce personnage et de la voir croître en même temps que lui.

luocine 11/01/2018 09:27

très belle présentation d'un livre qui permet certainement de comprendre nos voisins si éloignés et si proches de nous

Papillon 11/01/2018 21:11

C'est ça : si éloignés et en même temps si proches.

keisha 11/01/2018 08:46

J'ai reposé le livre à la médiathèque, OK, je dois prévoir le bon moment, alors.

Papillon 11/01/2018 21:07

J'ai trouvé le début un peu lent, beaucoup de détails et pas beaucoup d'action, mais je me suis totalement laissée prendre par le charme de ce personnage et de cette ville.

Aifelle 11/01/2018 07:50

C'est un auteur que j'ai envie d'aborder depuis longtemps, mais je n'ai pas encore pris le temps de le faire.

Papillon 11/01/2018 21:05

J'avais été éblouie par Mon nom est rouge, et celui-ci est très différent, mais très plaisant à lire.