Les fantômes du vieux pays - Nathan Hill

Publié le par Papillon

"Quel que soit le problème que tu rencontres dans la vie, il a un équivalent dans les jeux vidéo, et c'est un de ces quatre-là: ennemi, obstacle, énigme ou piège. Rien d'autre."
 
 
Si Samuel Anderson, professeur de littérature à l'université de Chicago, ne passait pas tous son temps libre à jouer à des jeux vidéo en ligne, il aurait découvert en même temps que tout le monde qu'une femme avait agressé un sénateur républicain dans un parc de la ville. Or, cette femme, que les médias se sont empressés de surnommer Calamity Packer (du nom du sénateur en question) n'est autre que sa propre mère, Faye, qui l'a abandonné vingt ans plus tôt. Pressé par son éditeur, qui a renoncé à la littérature au profit du marketing, de rendre le livre pour lequel il a touché une confortable avance des années plus tôt, Sam va proposer d'écrire une biographie de sa mère, devenue malgré elle une figure médiatique de premier plan, occasion pour lui de découvrir la vie de cette femme dont il ne sait rien et de se replonger dans son propre passé.
 
"De temps en temps,  il se prenait à imaginer que sa vie était une Histoire dont vous êtes le héros, et que le dénouement heureux n'était qu'une question de décisions judicieuses."
 
Par une série d'aller-retours entre les années soixante, quatre-vingt et deux mille, nous faisons ainsi connaissance avec une jeune femme sensible, studieuse et solitaire, malheureuse dans le monde où elle vit, dont elle déteste les règles et les injustices, pour qui  la poésie d'Allen Ginsberg, qu'elle lit en cachette, est une bouffée d'air frais qui libère son âme de toutes les entraves que sa famille a créées, et qui ne rêve que de quitter son Iowa natal pour aller étudier à l'université de Chicago. Elle y débarquera en plein milieu des émeutes de 1968 et y vivra quelques semaines qui bouleverseront sa vie à jamais, et qui éclaireront d'un jour nouveau le geste absurde commis en 2011.
 
"Quand elle regarde derrière elle, tout ce qu'elle voit, c'est ce vieux désir familier de solitude. De se libérer du regard des gens, de leurs jugements et leurs inextricables imbroglios."
 
L'histoire de Faye sert de prétexte à l'auteur pour bâtir une vaste  fresque qui retrace cinquante ans de l'histoire américaine, de l'expansion à la crise économique, en traçant des parallèles d'une époque à l'autre : de la guerre du Vietnam à la guerre en Irak, de la contre-culture des années soixante à Occupy Wall street, de la routine monotone d'une petite ville industrielle noyée dans les fumées d'usine et les commérages de voisinage à la vie ennuyeuse d'une banlieue formatée sur le modèle de l'american dreamdu consumérisme débridé à la cupidité assumée, de la rebellion à la soumission. La libéralisation des mœurs dans les années soixante va faire voler en éclats tous les interdits et les règles qui pèsent sur la jeunesse, avant de les réinventer bien plus tard dans une société hyper réglementée qui craint plus que tout les procès. Où l'on voit que les révolutionnaires d'hier sont devenus les opportunistes d'aujourd'hui, troquant sans vergogne idéalisme contre cynisme, et où le geste de Faye incarne la dernière et molle révolte d'une génération qui a trahi ses idéaux.
 
"Qu'est-ce qui est vérité ? Qu'est-ce qui est mensonge ? Au cas où tu n'aurais pas remarqué, le monde a à peu près abandonné le concept des Lumières selon lequel la vérité se construit sur l'observation du réel. La réalité est trop complexe et trop effrayante pour ça. C'est beaucoup plus facile d'ignorer tous les faits qui ne vont pas dans le sens de nos idées préconçues et de ne voir que ceux qui les confirment."
 
J'ai été bluffée par ce premier roman, par sa construction, par son humour incisif, par la multiplicité des thèmes qu'il aborde. Il se situe quelque part entre Pastorale américaine de Philip Roth et Le déclin de l'empire Whiting de Richard Russo. Certains chapitres sont ciselés comme de véritables petites nouvelles (mention spéciale au chapitre écrit en une seule phrase, où un joueur accro aux jeux vidéo décide de sacrifier tous ses avatars pour se forcer à décrocher, au moment même où il est en train de faire une embolie pulmonaire). L'auteur réussit l’exploit de revisiter cinquante ans de l'histoire récente des États-Unis, tout en dessinant un tableau kaléïdoscopique de l'Amérique contemporaine, comme un zoologiste observerait un écosystème en voie de décomposition. Et si les dernières lignes restent optimistes, c'est d'un optimisme qui semble un peu forcé, quand on a lu tout le reste. Un très grand roman.
 
Les billets de Cuné - Kathel - Eva - Valérie.
 
The Nix, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Mathilde Bach.
Gallimard, coll. "Du monde entier", 2017. - 703 p.
 
Et ce roman illustre l’Illinois pour le défi 50 états en 50 romans.
 
 
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Moka 29/12/2017 16:15

Ce livre m'attire beaucoup. Il faut que je prenne le temps de le découvrir !

Papillon 31/12/2017 11:32

C'est un des must de l'année!

Melanie B 22/12/2017 13:53

Ah, je suis ravie de lire ton billet car j'ai adoré ton roman et partage ton avis de A à Z ! Le personnage de l'éditeur est très réussi, aussi.

Papillon 26/12/2017 13:59

Un des meilleurs romans de l'année.

cathulu 04/12/2017 18:42

Un pavé qui se dévore et dont j'ai ralenti la lecture à la fin pour mieux le savourer.

Papillon 07/12/2017 10:53

Pareil !

Nicole Grundlinger 04/12/2017 13:01

J'ai envie de le lire depuis la rentrée celui-ci et toujours pas eu le temps... (mais qu'est-ce que je fous, on se le demande ?)

Papillon 07/12/2017 10:52

Mais oui, qu'est-ce que tu fabriques ;-) ?

keisha 04/12/2017 08:38

Ha..... j'ai de plus en plus envie de le lire! Tout dépendra de la bibli, quoi

Papillon 04/12/2017 12:08

Toi, il faut que tu le lises : je sais déjà que tu vas adorer !

Kathel 04/12/2017 07:59

Je vais dans ton sens et celui des autres commentaires... c'est un roman multiple, ambitieux et difficile à lâcher !

Papillon 04/12/2017 12:07

Je ne crois pas avoir encore vu un avis défavorable sur ce livre.

Mimi21 04/12/2017 06:34

Je l'ai lu à sa sortie et suis été tout de suite emballée par ce livre à qui l'on peut reprocher effectivement quelques longueurs que l'on pardonne très vite pour un premier roman. De la trempe d'un Jonathan Franzen des "Corrections".

Papillon 04/12/2017 12:07

Je l'ai même trouvé plus agréable à lire que "Les Corrections".

Valérie 03/12/2017 17:24

J'y ai trouvé quelques longueurs mais je suis d'accord, c'est un très bon roman.

Papillon 04/12/2017 12:05

Des longueurs tout à fait supportables, j'ai beaucoup aimé sa plume et son humour.

Fleur 03/12/2017 14:50

Je suis entièrement d'accord avec toi, ce roman s'inscrit parfaitement dans les classiques américains contemporains par sa densité, les thèmes qu'il aborde et son humour. Un vrai coup de coeur pour moi !

Papillon 04/12/2017 12:04

Et un futur classique à mon avis.

Ariane 03/12/2017 12:51

Un roman impressionnant et passionnant !

Papillon 04/12/2017 12:03

Bluffant pour un premier roman.