L'homme qui s'envola - Antoine Bello

Publié le par Papillon

"Walker aurait detesté ses obsèques.
La preuve, il n'est même pas venu."
 

De toutes les qualités que je reconnais à Antoine Bello, il en est une de particulièrement inestimable : sa capacité à surprendre son lecteur à chaque nouveau roman. Le dernier ne fait pas exception à la règle, qui nous entraîne bien loin du précédent, sur les pas d'un homme en fuite, et nous fait assister à une traque qui vire au duel psychologique.
 
John Walker est un entrepreneur d'Albuquerque, New Mexico, qui affiche tous les signes extérieurs de la réussite : une entreprise florissante et une belle fortune, un couple solide et trois beaux enfants, une magnifique demeure, et même un avion personnel qui lui permet d'optimiser ses déplacements professionnels. Pourtant, tout ceci n'est qu'illusion, et cette belle vitrine dissimule une réalité plus complexe : Walker n'est pas un homme heureux. Empêtré qu'il est dans ses obligations familiales, sociales et professionnelles, il lui manque le seul bien qui ne peut s'acquérir avec des dollars : le temps. Walker a l'impression de sacrifier son unique et précieuse vie sur l'autel de la réussite et de la famille. "Si chaque génération s'effaçait au profit de la suivante, quand s'épanouissait-on ?" Commencent alors à germer dans son esprit des fantasmes de fuite : tout plaquer pour commencer une nouvelle vie, libre de toutes contraintes. Et bientôt le fantasme se fait projet : il va simuler un accident, et disparaître en se faisant passer pour mort. Il a juste négligé un détail : son assurance, qui ne veut pas verser les 30 millions de prime sans une solide enquête. C'est Nick Shepherd qui s'y colle, un spécialiste du skip tracing, sorte de chasseur de prime de l'ère moderne, si compétent qu'il n'a encore jamais connu d'échec. Il ne faudra pas longtemps à Shepherd pour découvrir que l'accident est une falsification, et que Walker est toujours vivant. Commence alors une traque impitoyable.
 
"Quand une chose est trop belle pour être vraie, c'est généralement qu'elle est fausse."
 
On peut supposer que l'auteur a mis un peu de lui-même dans ce personnage de notable qui rêve de disparaître, lui qui a longtemps cumulé les rôles de chef d'entreprise et de père de famille nombreuse, mais la quête existentielle du quadra, qui se demande s'il n'est pas en train de passer à côté de sa vie après s'être trompé d'aiguillage, n'est pas l'objet réel du roman, même s'il nous pousse à nous interroger sur ce qu'est réellement le bonheur, et soulève d'intéressantes questions sur le couple et la paternité. L'histoire se transforme bien vite en une chasse à l'homme. Antoine Bello, qui adore multiplier les points de vue, donne ici la parole à ses trois protagonistes : Walker et Shepherd, bien sûr, mais aussi Sarah, la belle Sarah, épouse doublement trahie. Car si enterrer un époux tendrement aimé est une épreuve, découvrir qu'il s'est lâchement carapaté en est une autre, qui soulève une obsédante question : "Pourquoi ?" C'est Sarah qui va permettre à Shepherd de mieux comprendre qui est Walker. Car en bon chasseur Shepherd sait que pour coincer son gibier, il faut le connaître parfaitement. Mieux : il faut entrer dans sa tête, penser comme lui, devenir lui. On retrouve là un thème cher à Bello : un bras-de-fer psychologique entre celui qui veut savoir et celui qui ne veut rien dire. Débute alors un jeu du chat et de la souris, non exempt d'humour, entre le chasseur et sa proie, un subtil jeu de doubles où Sarah jouera le rôle du miroir, qui réfléchit et qui inverse.
 
On retrouve dans ce roman toute l'inventivité et le formidable talent de conteur d'Antoine Bello, qui nous entraîne aux quatre coins des États-Unis dans une poursuite où se mêlent l'émotion et l'humour, le suspense et l'angoisse. C'est le genre de bouquin que l'on dévore à toute blinde avant de ralentir des quatre fers en arrivant dans le dernier quart pour ne pas finir trop vite... Qui gagnera ce jeu de poker menteur ? Je vous mets au défi de le deviner tant l'auteur brouille les cartes. Une réussite totale.
 
Cuné a aimé aussi.
 
Gallimard, 2017. - 320 p.
 

Commenter cet article

Emma 27/06/2017 09:47

Il est très tentant, j'aime beaucoup cet auteur.

Papillon 27/06/2017 12:24

Très réussi !

Eva 15/05/2017 14:39

je découvre cette nouvelle parution à mon retour de vacances, je n'avais pas entendu qu'Antoine Bello allait sortir un nouveau roman! je n'ai pas trop accroché à Ada, mais c'est un auteur que j'aime beaucoup, donc j'espère que celui-ci me plaira plus!

Papillon 16/05/2017 15:57

Celui-ci est très différent d'Ada et tout aussi réussi de mon point de vue.

Valérie 09/05/2017 21:09

Bon, tu es visiblement plus emballée que les avis (hors blogs) que j'ai pu avoir. Lors d'une conférence à Rouen, l'auteur disait que c'était son livre le plus personnel.

Papillon 13/05/2017 19:22

Oui, je trouve très réussi, ce roman, avec un bon dosage d'émotion et d'action.

Ariane 08/05/2017 21:28

Je n'ai pas encore lu cet auteur qui figure depuis longtemps sur ma liste. Peut-être avec ce titre.

Papillon 13/05/2017 19:15

Que ce soit avec ce titre ou avec un autre, c'est un auteur que je conseille vivement !

Nicole Grundlinger 07/05/2017 16:11

Hé hé... Evidemment que je vais me jeter dessus, tiens !

Papillon 07/05/2017 17:01

Mais bien sûr, jette-toi ! :-)

keisha 06/05/2017 14:24

Après cuné, toi (étonnant, non? ^_^)Bref, il me le faut.

Papillon 06/05/2017 19:31

Et tu ne le regretteras pas !

Luocine 06/05/2017 12:48

un auteur que jadore je vais le réserver en médiathèque.

Papillon 06/05/2017 19:30

Je l'adore aussi et il ne me déçoit jamais.

A_girl_from_earth 06/05/2017 12:36

Arf ! Un nouveau Bello ? Il me le faut !!! Je te lis en diagonale du coup, mais note qu'encore une fois, c'est une totale réussite. Super !

Papillon 06/05/2017 19:30

Très bon et très addictif.

Aifelle 06/05/2017 11:10

C'est la première fois qu'un thème d' Antoine Bello me tente vraiment. L'occasion peut-être d'enfin faire sa connaissance.

Papillon 06/05/2017 19:29

Choette ! J'aimerais vraiment que tu fasses enfin sa connaissance.

Yueyin 06/05/2017 11:08

Ah ah de nouveau conquise :-) comme cuné bah j'etais partante au depart ,tu be fais qu'accroitre mon impatience :-)

Papillon 06/05/2017 19:29

Tu vas adorer.