Le Grand Jeu - Céline Minard

Publié le par Papillon

Rentrée littéraire 2016
 
"Tous les matins, il faut se demander : qui suis-je ? Un corps ? Une fortune ? Une réputation ? Rien de tout cela. Qu'ai-je négligé qui conduit au bonheur ?"
 
 
J'ai découvert Céline Minard avec son western burlesque et décalé, Faillir être flingué, qui m'avait emballée, et j'avais hâte de découvrir son nouvel opus qui, dans un genre très différent, avait encore tout pour me plaire, puisqu'il y est question d'une expérience de vie en solitaire à l'écart du monde (ce qui constitue mon fantasme absolu).
 
Une femme s'installe dans une vallée en haute montagne. Pour s'assurer de sa tranquillité, elle a acquis 200 hectares d'espace sauvage et s'est fait aménager un refuge hyper sophistiqué, cylindre de métal accroché à la paroi rocheuse, qui combine la plus haute technologie, la plus grande simplicité et la plus belle efficacité. On est très loin de la cabane de bois chère à Thoreau. Elle s'y installe seule, avec quelques provisions, des outils, un fusil et un violoncelle. Et comme le principe de la vie en autarcie repose toujours sur la même trame, elle commence par se créer un joli potager et un vivier à poissons qui doivent la nourrir dans les mois à venir. Elle occupe le reste de son temps à de longues randonnées pour explorer son domaine et à de périlleuses escalades, toutes ces activités servant de prétexte à une introspection philosophique.
 
"Qu'est-ce que je fous là ?", se demande-t-elle, et le lecteur se le demande aussi, puisqu'il ne sait rien de cette femme et de ce qui l'a poussée à se lancer dans une aventure qu'elle qualifie à plusieurs reprises de "traitement". Traitement à quoi ? Traitement de quoi ? "J'ai investi cet environnement et ces conditions qui me permettent de n'être pas dans l'obligation de croiser tous les matins un ingrat, un envieux, un imbécile." Mais ce n'est pas non plus une fuite, c'est autre chose, mais quoi ? "Une occupation contemplative, sportive, mentale ? Une expérience ? Une pratique du détachement ?" Bref, tout cela ressemble à une fable philosophique en forme de koan zen. Sauf que c'est quand même très ennuyeux... Si toute la description de son installation m'a beaucoup intéressée, j'ai trouvé un peu fade le récit très détaillé de ses randonnées dans un univers qu'elle découvre et investit peu à peu, et de ses escalades dans un paysage que je n'arrivais pas à visualiser, sans parler de l'abus de vocabulaire technique qui m'a fait bailler.
 
Et voilà qu'elle découvre que dans ce domaine si soigneusement privatisé, il y a un intrus. L'intérêt du lecteur se réveille. Comment va-t-elle gérer cette cohabitation forcée et imprévue ? L'expérience prend une autre allure, la question n'étant plus de savoir comment se faire face à soi-même dans l'isolement, mais comment gérer le rapport à l'autre. "Je veux imaginer une relation humaine qui n'aurait aucun rapport avec la promesse ou la menace. Qui n'aurait rien à voir, rien du tout, avec la séduction ou la destruction." Hélas, mon intérêt n'a duré que quelques pages. Certes, l'intrus se révèle quelque peu malicieux, et notre héroïne va connaître quelques jolis moments de grâce (souvent alcoolisés, du reste, ce qui relativise le concept d'illumination...), mais ni le lien qui va se créer entre ces deux solitaires ni le jeu qui en va en découler n'ont réussi à m'intéresser. Il y avait décidément trop de questions pour moi dans un texte si court, et beaucoup trop d'escalade.
 
En conclusion, et cela me fait mal de l'écrire, j'ai trouvé ce texte prétentieux, creux, et ennuyeux.
 
C'est Cathulu qui m'avait donné envie.
 
Rivages, 2016. - 190 p.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yueyin 24/10/2016 11:04

Dommage, j'avais bien aimé son western :-)

Papillon 27/10/2016 18:08

Moi aussi, mais là j'ai trouvé que ça ne fonctionnait pas du tout.

jerome 17/10/2016 13:47

Prétentieux, creux, et ennuyeux, c'est exactement l'idée que je m'en fais sans même l'avoir lu.

Papillon 17/10/2016 20:00

Ravie de confirmer tes soupçons ;-)

Kathel 14/10/2016 09:58

Ho ho, voilà qui me permet de ne pas me en faire une priorité... comme je ne connais pas encore l'auteur, je restais prudente, de toute façon ! ;-)

Papillon 17/10/2016 19:53

Pourtant le précédent m'avait bien plu, comme quoi....

BlueGrey 12/10/2016 20:55

Aïe, aïe ! Moi qui ai tellement aimé "Faillir être flingué" et "Son long Luise"... Me voici toute désappointée... Pas sûre de tenter l'expérience du coup...

Papillon 13/10/2016 12:20

A moins que tu n'aimes l'escalade en montagne ? ;-)

Laure 12/10/2016 17:49

J'espérais tellement un commentaire positif ! Ce livre m'attire en dépit des avis négatifs que je croise, et m'intrigue sacrément. Je me demande de plus en plus si je vais tenter. Il me semblerait plus sage d'éviter le creux et l'ennuyeux ;-)

Papillon 12/10/2016 20:27

Désolée, j'aurais vraiment aimé être plus enthousiaste. .. Cela dit, tu peux toujours l'emprunter en bibliothèque pour te faire une idée. ...

Eva 12/10/2016 15:11

Je n'ai pas compris le succès de "Faillir être flingué" qui m'était tombé des mains...du coup celui-ci ne me fait pas du tout envie, et encore moins après avoir lu ton billet!

Papillon 12/10/2016 20:25

En effet, parfois ce n'est pas la peine d'insister !

Nicole Grundlinger 12/10/2016 13:13

Pas aimé non plus, c'était mon premier Céline Minard, le sujet m'avait alléchée et... j'ai eu l'impression de m'être trompée de livre.

Papillon 12/10/2016 20:24

Pareil ! Et d'autant plus déçue que j'en attendais beaucoup.

Pr. Platypus 12/10/2016 12:32

Prétentieux et creux, c'était déjà mon ressenti pour Faillir être flingué à vrai dire ! Je sais déjà que celui-ci ne me plaira pas non plus mais je sais aussi que j'y jetterai quand même un oeil à la bibliothèque, pour voir à quoi ça ressemble...

Papillon 12/10/2016 20:23

Si tu n'as pas aimé le précédent, ça augure mal de celui-ci. ..

Lili 12/10/2016 09:53

Zut ! Tu m'avais super alléchée au départ ! (Cela dit, Faillir être flingué m'était déjà tombé des mains...)

Papillon 12/10/2016 20:22

Le thème me plaisait beaucoup et c'était vraiment un des romans de la rentrée que j'attendais le plus. Je suis très déçue. ..

keisha 12/10/2016 09:18

J'en parlais ici récemment, http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2016/10/le-grand-jeu.html, j'ai eu en gros les mêmes ressentis que toi, sauf que j'en sors plus intéressée (même si j'ai zappé les termes techniques et mal visualisé certaines installations)
A part ça, j'ai aimé Ada, mais là, aucun risque! ^_^

Papillon 12/10/2016 20:18

Je suis allée voir ça et je constate que tu es quand même un peu plus indulgente que moi ;-)
Pour Ada, je n'avais aucune inquiétude :-)