Sur la terre comme au ciel - Davide Enia

Publié le par Papillon

Rentrée littéraire 2016

"Ce n'était plus de la boxe. C'était une fureur qui devenait une danse."

Dans la Sicile des années 50, c'est le règne de la violence et le début de la mainmise de la Mafia sur l'économie locale. Les uns se bagarrent dans le rue, les autres se tirent dessus, et parfois tout ça se mélange. La castagne, Davidù la découvre à neuf ans à peine, pour prendre la défense de la jolie Nina. Il n'en faut pas plus à son oncle Umbertino pour le faire monter sur un ring et chausser les gants de boxe. Car dans la famille de Davidù on est boxeur de père en fils. L'oncle Umbertino, grand gaillard de cent vingt kilos et grand coureur de jupons, fut lui-même un boxeur renommé qui échoua au titre national italien, avant d'ouvrir la toute première salle d'entraînement de Palerme. C'est là que Davidù va faire ses premiers pas et découvrir sa vocation.

 

"Dans la vie, tu te bats jamais contre des types de la même catégorie. Alors, dans le doute, comme dit l'Évangile : d'abord tu cognes, après tu demandes."

 

Et c'est Davidù qui raconte, occasion pour lui de faire revivre toute l'histoire de sa famille :  le grand-père Rosario, grand taiseux et cuisinier parti faire la guerre en Afrique ; la grand-mère Provvidencia, institutrice qui apprend le latin à son petit fils et lui raconte ses souvenirs ; Zinia la maman infirmière ; et, surtout le père boxeur, surnommé le Paladin, figure mythique et tutélaire, que Davidù n'a jamais connu. Son surnom de boxeur à lui sera le Poète, un surnom donné par son copain Gerruso, dont il refuse l'amitié mais qui lui colle pourtant aux basques, devenant à la fois son plus fidèle supporter et son ange gardien. Car Davidù ne va pas tarder à enchaîner les combats, se battant autant pour lui que pour sa famille qui rêve toujours du titre, mais aussi pour séduire la jolie Nina qui lui fait battre le cœur.

 

"Nous étions pauvres, mais nous avions du talent."

 

Ce roman, qui est à la fois chronique familiale et parcours initiatique, peut sembler un peu rude de prime abord, pas tant parce qu'il y est question de boxe que parce qu'on y retrouve toute l'Italie du Sud à la virilité triomphante et chatouilleuse : les femmes y sont saintes ou putes, et le déshonneur suprême pour un garçon est de se faire traiter de "pédé" (j'ai toujours un peu de mal avec le machisme à l'italienne). Et l'honneur en Sicile est particulièrement sensible, donc tout le monde se tape facilement dessus. Par ailleurs, l'auteur adopte un procédé narratif qui consiste à raconter chaque épisode en commençant par la fin et à croiser les histoires de plusieurs personnages sur plusieurs époques, on se sent donc parfois un peu perdu. Et pourtant, il a beaucoup de charme, ce récit de vies simples et rudes, porté par une langue âpre, qui cogne parfois comme un coup de poing mais n'est pas dénuée de poésie brute. Le combat de boxe s'y fait métaphore du combat pour la vie, pour l'amour et contre soi. Et on se prend à aimer cette famille sicilienne, dont les hommes finissent par révéler beaucoup de tendresse sous une carapace de fiers à bras.

 

Traduit de l'italien par François Brun.

Albin Michel, 2016. - 416 p.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fleur 25/09/2016 23:38

Moi aussi, j'ai parfois eu du mal avec ce roman, qui nécessite de la concentration. Le fait de passé d'un point de vue à un autre sans avertissement autre que le changement de paragraphe peut être déstabilisant !

Papillon 27/09/2016 20:28

Pareil, j'étais parfois un peu perdue mais j'ai beaucoup aimé ce jeune héros boxeur et amoureux.

Luocine 12/09/2016 08:46

L'italie et Naples en particulier me donne des envies de lecture '(après Elena Ferrante)

Papillon 12/09/2016 19:40

Tu devrais aimer alors!

Lili 11/09/2016 17:58

Voilà de quoi replonger dans l'Italie du sud des années 50, après les romans de d'Elena Ferrante ! Je crois qu'il me plairait bien, tiens !

Papillon 12/09/2016 19:35

J'y ai trouvé quelques points communs mais celui-ci se déroule dans un univers bien plus masculin.

clara 10/09/2016 09:47

il est dans ma PAL !

Papillon 12/09/2016 19:33

Je suis curieuse d'avoir ton avis :-)

Delphine-Olympe 05/09/2016 14:07

Je l'avais déjà repéré celui-là. Il n'est pas au sommet de la pile, mais suite à ton billet, je vais tâcher de ne pas l'enterrer...

Papillon 05/09/2016 20:22

Ce n'est sans doute pas une priorité mais un roman bien symma quand même.

Jerome 05/09/2016 13:17

Il m'attend sagement, je te lis donc en diagonale ;)

Papillon 05/09/2016 20:20

Je pense que c'est une histoire et un personnage qui devraient te séduire.

Eva 05/09/2016 10:56

Je vais bientôt le commencer, depuis ma découverte d'Elena Ferrante, je suis friande de chroniques familiales à l'italienne !

Papillon 05/09/2016 20:20

J'ai hate d'avoir ton avis !

Laure 05/09/2016 08:57

Je suis comme Aifelle, la boxe est un sujet repoussoir pour moi ...

Papillon 05/09/2016 20:19

Je peux comprendre. ..

Aifelle 05/09/2016 07:19

Dès qu'il est question de boxe, je passe mon chemin ... rien à faire, ça ne passe pas.

Papillon 05/09/2016 20:17

Tant pis, pourtant il est syma quand même ce petit Davidù. ..

Yueyin 05/09/2016 07:17

Mmmmmm pour la langue âpre et la poesie brute alors, parce que boxe et machisme... :-)

Papillon 05/09/2016 20:18

Je reconnais que j'ai vraiment eu du mal dans les premières pages, mais il y a vraiment de belles choses aussi dans ce roman.