Le livre de Bolano - Éric Bonnargent & Gilles Marchand

Publié le par Papillon

"Le monde serait-il envahi de personnages de romans ? Et vous, êtes-vous certain de ne pas en être un ?

Comment réagiriez-vous si vous découvriez que vous êtes devenu, à votre insu, un personnage de roman ? C'est exactement ce qui arrive à Abel Romero. 

Tout commence à Paris, quand Pierre-Jean Kauffmann, chauffeur de taxi clandestin, amnésique et alcoolique, trouve un livre oublié sur la banquette arrière de son taxi: Étoile distante de Roberto Bolano, un livre oublié par un éditeur (Christian Bourgois, pas moins !), un livre où Kauffmann trouve, glissée entre deux pages, une courte note manuscrite avec une adresse, celle d'Abel Romero, qui n'est autre que le personnage principal du roman. Comment un personnage peut-il avoir une adresse ? Pour en avoir le cœur net, Kauffmann écrit à l'adresse indiquée, à Barcelone. Et il reçoit une réponse. Abel Romero, qui n'est pas un grand lecteur, n'a jamais entendu parler de Bolano. Il est pourtant chilien comme lui, ancienne victime de la junte militaire comme lui, et exilé en Espagne comme lui. Plus troublant, il connait l'un des personnages emblématiques de Bolano : Arturo Belano, avec lequel il a mené une enquête à l'époque où il était encore flic. Intrigué, Romero se lance dans la lecture des romans de BolanoUne correspondance s'instaure entre Kauffmann et Romero, chacun d'eux part en quête de ce qu'il appelle son "minotaure", cette bête qui le hante et qu'il n'ose affronter. Si Romero se plaint d'avoir trop de mémoire, Kauffmann n'en a plus. Pendant que l'un part sur les traces de son passé, de ce qui a provoqué son amnésie, l'autre part sur les traces d'un écrivain, mort en 2003, et de ses doubles. 

"Car il n'est pas question que je me laisse dissoudre dans la fiction."

Quel formidable roman que celui-ci ! Un roman épistolaire en forme de labyrinthe et de miroir, qui fait un clin d'œil à Borges dès la page 23, interroge le thème de l'écrivain et de son double, et nous entraîne de Paris à Barcelone et de l'Espagne au Mexique, sur les pas de Bolano, et dans les entrailles de la création littéraire. Les auteurs n'en finissent plus de jeter le trouble sur l'identité des uns et des autres, sur la réalité même des uns et des autres. Qui est qui ? Qui écrit quoi ? Au passage, ils sèment sous nos pas des énigmes (que le lecteur résout souvent plus vite que les personnages eux-mêmes), mêlant l'hommage à la littérature (et notamment à l'œuvre de Roberto Bolano1, bien sûr) à l'enquête policière. Le réel et l'imaginaire, le vrai et le faux se croisent sans cesse, interrogeant le lecteur sur ce qu'est la littérature, et ce qu'est un écrivain.

"Le réel est anarchique, kaléidoscopique. Enfin, quand je dis le réel, je ne dis rien. Le réel n'existe pas, vous en êtes d'accord? Il n'y a pas de ligne de démarcation entre ce que d'un côté on appelle le réel, et de l'autre l'imaginaire."

Les deux auteurs, qui disent avoir chacun écrit une voix du roman, convoquent une succession d'écrivains qui tous semblent porter un masque (de Javier Cercas, auteur de L'imposteur à Antoni Casas Roscréateur d'un personnage sans visage, en passant par Enrique Villa-Matas2 ou Thomas Pynchon que personne n'a jamais vu). Tout cela donne un peu le tournis, mais c'est un régal. Les personnages sortent des romans, et les écrivains sont tantôt des démiurges et tantôt des fantômes... Tout le roman n'est qu'une variation sur cette grande imposture qu'est la littérature, qui n'en finit plus de voler le réel, comme l'exprime Abel avec ironie : 

"Bolano n'avait guère d'imagination, piochant dans la vie des personnes réelles pour en faire des pantins romanesques."

Tout écrivain est un imposteur, et nous sommes peut-être tous le personnage du roman de quelqu'un d'autre. J'ai a-do-ré.

"Moi, je ne suis le personnage d'aucun auteur, ni d'aucun roman. Pourtant je ne cracherais pas sur une petite figuration dans un chef d'oeuvre, si l'on me confiait un rôle à ma portée - mais je doute que cela arrive."

C'est Lily qui m'a donné envie.

Éditions du Sonneur, 2015. - 320 p.

-------------

1 Que je n'ai toujours pas lu (shame on me), ce qui n'est absolument pas un problème pour apprécier ce roman.

2 Qui déclare ceci qui me fait hurler de rire : "Chacun de mes livres est un échec, mais il vaut mieux échouer à être Cortazar que réussir à être Douglas Kennedy."

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ingannmic 11/03/2016 08:37

Mince j'ai laissé un commentaire hier matin qui visiblement n'est pas passé... Je suis tout à fait d'accord avec toi quant à ce roman qui m'avait moi aussi séduite, que j'ai trouvé à la fois ludique et intelligent. Je confirme, il n'est pas nécessaire de connaître l'oeuvre de Bolaño pour l'apprécier, bien que cela lui confère une saveur particulière. J'espère d'ailleurs que cette lecture t'aura donné envie de découvrir le romancier chilien ..

Papillon 13/03/2016 16:02

Si ton commentaire est bien passé :-) Il suffit de cliquer sur "voir plus de commentaires "

Delphine-Olympe 10/03/2016 22:56

Effectivement, tu ne pouvais qu'aimer un tel livre ! Et, évidemment, je ne peux que le noter ;-)

Papillon 13/03/2016 16:01

Et je suis convaincue que tu vas aimer !

zazy 10/03/2016 18:50

Vu ta jubilation, je le note...

Papillon 10/03/2016 21:10

Pour qui aime les histoires de livres et d'écrivains, ce livre est génial.

Aifelle 10/03/2016 11:05

Ça donne le tournis c'est vrai, mais on dirait un jeu brillant et comme tu as adoré, c'est noté :-)

Papillon 10/03/2016 16:45

C'est brillant mais facile à lire, un vrai plaisir.

luocine 10/03/2016 09:45

Une bonne idée et qui plaît à l'avaleuse de romans que je suis . Je ne connais pas l’œuvre de Balano mais je pense que cela n'est pas si important pour apprécier ce livre.

Papillon 10/03/2016 16:45

Non effet, c'est vraiment un livre sur les écrivains, l'écriture, le réel, l'imaginaire : tout ce que j'aime !

keisha 10/03/2016 08:55

Mais c'est complètement pour moi, ce roman, encore!

Papillon 10/03/2016 16:44

Il peut voyager si ça te tente.

Ingannmic 10/03/2016 08:50

Tout à fait d'accord, un roman à la fois ludique et intelligent. Il se pare d'une saveur particulière lorsque l'on connaît l'oeuvre de Bolaño, mais s'apprécie aussi dans le cas contraire..
J'espère que cette lecture t'aura donné envie de découvrir ce fameux romancier chilien !

Papillon 10/03/2016 16:44

Bolano est ma LAL depuis longtemps, mais lire ce roman m'a donné envie de le faire passer en mode prioritaire !

clara 10/03/2016 08:46

Noté et surligné !

Papillon 10/03/2016 16:43

Tant mieux !