Un amour impossible - Christine Angot

Publié le par Papillon

Rentrée littéraire 2015

 

"C'est difficile quelquefois d'exprimer certains sentiments. J'aimerais tellement pouvoir exprimer ce que je ressens. Mais les choses intimes sont les plus difficiles à exprimer."

 

 

Soyons francs : c'est compliqué de lire Christine Angot. C'est compliqué de faire abstraction du contexte : l'hypermédiatisation de chacun de ses livres, les critiques dithyrambiques ou sarcastiques, la blessure intime qui est au cœur de son œuvre littéraire, le personnage qu'elle joue et qui n'est pas toujours sympathique. Il y a trop de tout autour de Christine Angot. Pour la lire, il faut pouvoir faire abstraction de ce tout et se concentrer sur l'essentiel : le texte. Pas facile, mais j'ai essayé quand même.

 

Rachel et Pierre se rencontrent à la fin des années cinquante dans une petite ville de province. Elle y vit depuis toujours, lui n'est que de passage. Ils ne sont pas du même milieu social, mais ils s'aiment. Ils sont jeunes, elle est belle, il est intelligent, c'est la passion. Pourtant, il la prévient très vite qu'il ne l'épousera jamais, parce qu'il veut rester libre. "Pour vivre libre il fallait être seul, et seul à savoir qu'on l'était". Mais se dessine, en creux, la différence sociale et culturelle qui les sépare. Ils sont d'accord pour avoir un enfant, mais lui refuse de le reconnaître. D'ailleurs il part, il retourne à Paris, la laissant se débrouiller seule avec sa grossesse et sa réputation. Il ne l'abandonne pas vraiment, il lui propose une vie "en marge", une vie de maîtresse à côté de sa vie à lui. Elle refuse et rompt. Une petite fille naît, Christine, qu'elle élève toute seule. Puis la correspondance avec Pierre reprend. La petite fille voit son père deux ou trois fois en dix ans. Ce que veut Rachel, c'est que Pierre reconnaisse sa fille, c'est faire disparaître cette mention qu'elle juge infamante "née de père inconnu" sur le livret de famille. Christine a quatorze ans quand Pierre finit par céder. Elle commence à passer régulièrement des week-ends avec son père. Jusqu'au jour où elle révèle à sa mère qu'il la viole depuis des années. Et c'est toute sa vie qui s'effrite.

 

Je ne sais pas trop à quoi je m'attendais, mais certainement pas à être remuée comme je l'ai été avec ce livre que j'ai lu come un roman, et qui n'est rien d'autre qu'un hymne d'amour à la mère. Je ne crierai pas au génie ni au chef d'œuvre, mais pas à l'imposture non plus. Non, Angot n'est pas hystérique ; oui, elle sait écrire. On peut penser qu'elle bouscule un peu la syntaxe, mais  penser aussi qu'elle a une voix singulière ; on peut trouver que son vocabulaire est pauvre, mais trouver aussi que c'est la sobriété qui donne une telle intensité à ce texte. On est à cent lieux de l'apitoiement, du voyeurisme, de l'impudeur. Il y a une petite musique chez Angot qui m'a tout de suite séduite,  il y a une atmosphère que j'ai très vite reconnue : celle d'une petite ville de province dans les années 60 et 70 (à quelques mois près, nous avons le même âge, Angot et moi), il y a une sensibilité qui ne peut pas laisser indifférent. Oui, il y a quelque chose d'universel dans cette relation mère-fille. Il y a surtout beaucoup de justesse dans la mise en scène de la complexité des sentiments que l'on éprouve vis-à-vis de ses parents, complexité aggravée chez Angot par l'inceste du père et le silence de la mère.

 

Il y a surtout dans ce roman la révélation d'une forme de lutte des classes à l'échelle familiale. Jusqu'à l'adolescence, Christine entretient avec sa mère une relation très fusionnelle. Quand elle retrouve son père, elle est béate d'admiration. Il est intelligent, cultivé, parle plusieurs langues et écrit des livres. Il lui ouvre un monde dont elle rêve : celui de la pensée. Elle ne peut s'empêcher de comparer avec l'univers de sa mère qui lui paraît subitement terne et étriqué. Première fracture. La seconde intervient plus tardivement, plus sournoisement : elle ne peut pas pardonner à sa mère de n'avoir rien vu, rien deviné, rien dit. Bien plus tard, elle se réconcilie avec sa mère quand elle comprend qu'elles furent toutes les deux victimes d'un homme lâche et égoïste qui les avaient rejetées pour des raisons sociales.

 

"Là c'est l'organisation de la société qui est en jeu, à travers ce qui nous est arrivé. La sélection des gens entre eux. C'est pas l'histoire d'une petite bonne femme, aveuglée et qui perd confiance, c'est pas l'histoire d'une idiote, non. C'est bien plus que ça (...) C'est une vaste entreprise de rejet. Social, pensé, voulu. Organisé. Et admis. Par tout le monde. Toute cette histoire c'est ça. Et jusqu'à la fin. Y compris ce qu'il m'a fait à moi."

 

A lire Angot, on réalise que l'amour n'est pas toujours la plus belle chose qui puisse nous arriver, c'est parfois aussi la plus tragique. 

 

Laure a aimé aussi.

 

Flammarion, 2015. 218 p.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philisine Cave 12/10/2015 19:30

Je rejoins Galéa : c'est une chronique magnifique qui donne envie de lire ce roman. Mais je choisirai un jour Angot quand le moment sera venu.

Papillon 13/10/2015 11:18

Tu as raison : je crois vraiment qu'il faut trouver le bon moment pour Angot.

sous les galets 11/10/2015 10:36

Je dois dire que je salue ton article Papillon (comme quoi, contrairement à ce que je disais tout à l'heure l'autofiction et le témoignage, ça passe bien avec du talent). Cependant, je ne le lirai pas, l'inceste d'Angot je n'en peux plus, son nombril non plus je sature (même si je sais que je confonds allègrement l'objet littéraire d'un côté et le battage médiatique de l'autre...que veux-tu je suis terriblement têtue), je comprends ce que tu dis sur la mère, sur les silences et les décalages sociaux etc...
Ton enthousiasme inattendu fait du bien à lire, malgré tout.

Papillon 11/10/2015 16:57

Je comprends ce que tu veux dire, mais l'inceste n'est pas le sujet de ce livre-là, même s'il est évoqué. Le sujet, c'est la relation à la mère, et là tout le monde peut se reconnaître. Ce fut une bonne surprise ce roman.

Laure 10/10/2015 14:09

Il est très beau et très juste ton article, je l'aime beaucoup, comme ce livre.

Papillon 10/10/2015 20:33

Merci Laure. Comme toi, c'était ma première rencontre avec Angot et ce fut inattendu et plaisant.

krol 10/10/2015 13:14

J'ai feuilleté dans une librairie son roman précédent et j'avais détesté l'écriture et le sujet. Mais ce que tu dis de celui-ci m'inspire et si je le trouve dans une bibliothèque, pourquoi pas...

Papillon 10/10/2015 20:33

J'avais envie d'essayer, pour voir, et franchement je ne m'attendais pas du tout à être touchée comme je l'ai été.

A_girl_from_earth 10/10/2015 13:09

Tiens, c'est peut-être un des premiers avis qui me donnerait presque envie de m'aventurer dans cette lecture. Tu dis les choses très justement, en faisant la part des choses, sans être dans le surenthousiasme ou la haine absolue. A voir donc.

Papillon 10/10/2015 20:31

J'avais pas mal d'a priori mais je voulais me faire une idée juste et j'ai vraiment été touchée par ce roman.

keisha 10/10/2015 08:44

Une découverte à faire en bibli, peut être (et puis, l'ambiance castelroussine dans ce livre, ça doit valoir le détour)(je précise que je suis une fidèle du salon du livre de cette ville, où j'ai habité un an...)(je raconte ma vie, mais rien de spécial, donc pas de bouquin)

Papillon 10/10/2015 20:30

Je ne suis pas certaine que tu aimerais, cela dit...Mais c'est vrai que l'emprunter en bibli ne coute rien.

Titine 09/10/2015 16:02

Christine Angot est un écrivain, pour cela ne fait pas de doute, elle a, comme tu le dis, sa petite musique stylistique. Mais j'ai arrêté de la lire à un moment, après m'être profondément ennuyée en lisant l'un de ses romans. Mais pourquoi pas y revenir un jour, et pourquoi pas avec ce roman.

Papillon 09/10/2015 19:19

Je ne sais pqs si je lirai tout ce qu'ele a écrit, mais je suis contente de l'avoir découverte et d'avoir mon propre avis sur travail.

Aifelle 09/10/2015 13:11

J'ai assisté à une rencontre avec elle hier en fin d'après-midi, tu aurais aimé ... mais je ne l'ai pas lue et je ne me décide toujours pas. Peur justement qu'il n'y ait pas d'écriture. Tu me diras que ce n'est pas compliqué d'emprunter un livre à la bibli et de voir ..

Papillon 09/10/2015 19:16

C'est ce que j'ai fait : je suis tombée dessus à la bibliothèque sur la table des nouveautés et je l'ai pris. C'est ce que j'aime, à la bibliothèque : faire des essais sans me ruiner !

Eva 09/10/2015 12:09

jamais lu Angot, car le "personnage" me fait fuir, mais il est peut-être temps pour moi de mettre mes préjugés de côté, et de tenter un de ses livres...celui-ci, d'après ton billet, me semble très intéressant

Papillon 09/10/2015 19:22

Moi aussi, elle me faisait plutôt fuir, mais je ne suis pas mécontente d'avoir dépasser mes préjugés.

Luocine 09/10/2015 11:44

J'ai vraiment du mal avec l'autofiction, mais comme je comprends cette auteure que je ne lirai sans doute pas. Elle n'a qu'une possibilité pour survivre le cracher à la face des gens qui auraient préféré sans doute qu'elle se taise à jamais.

Papillon 09/10/2015 19:13

Quand l'autofiction peut traduire une réalité sociale, comme c'est le cas ici, je trouve ça vraiment intéressant. Et je l'ai lu comme un roman.