Orfeo - Richard Powers

Publié le par Papillon

Rentrée littéraire 2015

"How small a thought it takes to fill a whole life."

 

 

Peter Els, musicien retraité, s'adonne à ses moments perdus aux joies du génie génétique. Un soir où sa chienne fait une attaque, il appelle le 911 et voit deux flics débarquer chez lui. Ils s'étonnent de la présence d'un laboratoire, même miniature, chez un particulier. Deux jours plus tard, Peter fait l'objet d'une enquête : des questions, des étonnements et la confiscation de son étuve pleine de bactéries. En quelques heures, cette histoire prend des proportions totalement démesurées et Peter fait la une des journaux. Paniqué, et se sentant vaguement coupable, il prend la fuite dans sa vieille Fiat, avec pour tout bagage quelques dollars en poche. Et voilà comment un paisible retraité de soixante-dix ans se retrouve sur les routes, victime à la fois de la paranoïa de ses compatriotes et du Patriot Act qui autorise depuis 2001 le gouvernement américain à "emprisonner des citoyens pour une durée indéterminée sans preuve à charge." L'itinéraire de Peter, d'abord un peu erratique, va le mener sur tous les lieux de son passé et de sa mémoire.

 

"Nous sommes faits pour l'art, nous sommes faits pour la mémoire, nous sommes faits pour la poésie, ou peut-être sommes nous faits pour l'oubli."

 

Et nous découvrons peu à peu l'histoire de cet homme qui découvrit la musique presque par hasard à l'âge de dix ans et en fit sa seule raison de vivre. Mozart, Mahler, Messiaen. A dix-huit ans, il tombe amoureux d'une violoncelliste qui lui ouvre les oreilles et des perspectives inattendues. A vingt ans il atterrit dans une université d'avant-garde au nom improbable de Champaign-Urbana, en plein Midwest, où il découvre les derniers délires de la musique expérimentale.

 

"Tout ce que ma musique a voulu faire, c'est percer le tunnel du Toujours dans le mur du Maintenant."

 

Il y épouse une soprane et y rencontre Richard Brenner, chorégraphe fantasque et alter ego inspiré qui va le pousser au-delà de ses limites. Les œuvres qu'ils commettront ensemble auront pour nom Les chants borgésiens ou L'immortalité pour les débutants. Une musique si novatrice, si déroutante qu'elle n'attire jamais plus de quelques dizaines d'auditeurs. Peter n'en a cure. Pour lui, la musique est un combat, une révolte et une résistance. Dans ces folles années soixante qui veulent tout déconstruire, il se livre à la "destruction créatrice". Et il sacrifiera tout à son art.

 

"Démonter cette horloge magnifique et remettre en place ses rouages engrenés est tout ce à quoi il veut passer le reste de son temps. Pour retrouver cette sensation de clarté, de présent, d'ici, varié et vibrant, aussi noble et vaste qu'une grosse planète."

 

Que j'ai aimé ce personnage et son obsession de la musique, de la compréhension de la musique, son intransigeance totale dans la pratique de son art, qui ne se reniera jamais et ira jusqu'aux limites de la folie. "Son âme était une maison en feu et il devait en sortir." Il ne cherche même pas la beauté, mais la vérité de la musique. Un homme qui ne s'arrête jamais de s'interroger, de chercher, de se battre avec des notes. "L'art était un combat, une lutte éreintante." A travers lui, Richard Powers fait défiler soixante ans d'histoire musicale et d'histoire tout court. Il oppose la permanence de l'art à l'impermanence de la vie, sa futilité, sa fugacité, sa légèreté. Et en contrepoint, il se livre à la critique de la société contemporaine, son consumérisme et son abondance, une société de la terreur et de la surveillance, une société où un citoyen est condamné par les médias sans jugement pour avoir bidouillé un peu d'ADN dans sa cuisine, alors que dans le même temps Monsanto déverse des tonnes d'OGM sur la planète.

 

"Ayez de la reconnaissance pour tout ce qui coupe encore. La dissonance est une beauté que l'habitude n'a toujours pas détruite."

 

Il y a une grande cohérence dans l'œuvre de Richard Powers, on retrouve ici tous ses thèmes de prédilection : biologie, chimie et neurosciences. Et que c'est bien écrit ! On en pleurerait tellement c'est beau. Je suis sidérée devant le pouvoir de Powers à faire vivre la musique avec des mots, certaines pages sont si belles qu'on croirait des poèmes en prose, qui racontent, décrivent, illustrent des pièces musicales. L'histoire des Kindertotenlieder de Mahler, la création du Quatuor pour la fin du temps par Messiaen en plein Stalag ou la composition par Chostakovitch de sa 5e Symphonie en réponse à Staline. Powers interroge littéralement la musique, l'essence de la musique, le pouvoir de la musique, ses limites, ses méandres et ses métamorphoses, et c'est totalement vertigineux. Certaines phrases sont comme des diamants qui vous éblouissent, d'autres comme des friandises à savourer.

Quatre cent pages de ravissement absolu.

 

"Je m'en vais comme l'air. Je me lègue à la poussière. Si tu me veux encore, regarde sous les semelles de tes bottes."

 

 

L'avis de Keisha.

 

Du même auteur : Le temps où nous chantions - La chambre aux échos - Générosité - Gains.

 

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean-Yves Pellegrin.

Le Cherche-midi, coll. Lot 49, 2015. - 426 p.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mimi21 19/09/2015 16:48

Tellement déçue par "Le dilemne du prisonnier" que j'hésite ... En même temps, tous ses romans précédents m'avaient vraiment plu (Générosité, Gains, Le temps où nous chantions, La chambre aux échos) et en plus, j'adore la musique classique ...

Papillon 21/09/2015 09:22

"Le dilemme du prisonnier" est un de ceux que je n'ai pas encore lu, donc je ne peux pas comparer, mais j'ai trouvé celui-ci vraiment très beau et très réussi.

Ariane 16/09/2015 17:45

Oh que c'est tentant !

Papillon 16/09/2015 20:06

Laisse toi tenter et tu m'en diras des nouvelles !

Eva 16/09/2015 14:20

j'ai toujours un peu de mal avec Powers, je m'essouffle souvent en lisant ses romans, même si je trouve ses sujets passionnants...j'avais vu celui-ci à la médiathèque mais j'ai hésité..la prochaine fois, je le prendrai :)

Papillon 16/09/2015 20:05

Ce n'est pas un auteur facile à lire, je te le concède, ses romans sont souvent touffus, mais celui-ci m'a paru plutôt abordable, le personnage est magnifique et surtout il y a toute cette musique... J'en ai encore des frissons rien que d'y penser !

yueyin 15/09/2015 21:05

Décidément tentant, d'autant que je n'ai encore jamais lu l'auteur il me semble :-)

Papillon 16/09/2015 20:03

Il absolument que tu découvres Richard Powers, avec celui-ci ou avec n'importe quel autre !

céline 14/09/2015 15:10

J'hésite, comme beaucoup je vois "Le temps où nous chantions" m'a passionnée mais j'ai eu plus de difficulté avec "Générosité". Tu me donnes tout de même envie d'essayer !

Papillon 14/09/2015 20:08

Je suis fan absolue de Powers, j'ai trouvé celui-ci très réussi.

Mior 14/09/2015 01:46

Miam miam comme tout cela est appétissant ! :-))

Papillon 14/09/2015 20:07

J'ai hâte d'avoir la vie d'une musicienne sur ce roman qui est tellement beau !

jerome 13/09/2015 20:07

Jamais lu Powers mais ce titre m'attend et je devrais y trouver mon compte.

Papillon 14/09/2015 20:06

Je pense que tu devrais aimer :-)

keisha 13/09/2015 15:15

Hé bé, quel billet! J'aurais aimé encore plus de pages où il décortique des morceaux...

Papillon 13/09/2015 17:10

Moi aussi ! Que c'est beau ! Il m'a fait découvrir le Quatuor pour la fin du temps de Messiaen et j'ai vraiment beaucoup aimé.

luocine 13/09/2015 15:12

le temps où nous chantions fait partie de mes livres préférés , puis j'ai été ensuite un peu déçue , mai sje suis prête à lire celui-ci après ce que tu en as dit.

Aifelle 13/09/2015 11:11

Même question que Laure, ce n'est pas trop technique ? Mais ton billet est diablement tentant.

Papillon 13/09/2015 17:09

Même réponse : ce n'est pas vraiment technique, je ne suis pas une vraie melomane, mais je connais le vocabulaire musical de base.