Avril à Paris (2)

Publié le par Papillon

Avril à Paris (2)

Avril à Paris eut des allures estivales. Jupes courtes et sandalettes. J'ai beaucoup marché dans des parcs, pique-niqué dans des parcs et lu dans des parcs. Et de temps en temps, me suis quand même enfermée dans une salle obscure..

 

 

Côté ciné

A trois on y va de Jérôme Bonnell : Charlotte aime Micha, avec qui elle vient d'acheter une maison à Lille, mais qu'elle trompe néanmoins depuis quelques mois avec Mélodie. Et Mélodie ne va pas rader à succomber aussi au charme de Micha, se lançant dans une double liaison acrobatique. Un joli film porté par la grâce, qui renouvèle le thème du trio amoureux, en mêlant comédie romantique, vaudeville, comédie de mœurs. Beaucoup aimé malgré une fin un peu conventionnelle…

 

La maison au toit rouge de Yoji Yamada : Dans le japon des années 30, Taki quitte sa campagne pour devenir bonne à Tokyo chez Tokiko et Masaki, couple moderne parent d'un petit garçon. Tokiko est très attirée par un nouveau collègue de son mari, sensible et délicat, amoureux comme elle de poésie et de musique classique. Taki, qui n'est pas non plus insensible au charme du jeune homme, est témoin de cette romance qu'elle raconte soixante ans plus tard à son petit neveu. Dommage que ce film soit si long, si lent, si conventionnel. Il nous montre pourtant deux faces du Japon (tradition et modernité, impérialisme et pacifisme, passé et présent) et raconte une double histoire d'amour en ne jouant que sur les non-dit, les silences, les regards tout en revenant sur un des pires moments de l'histoire du Japon (Nankin, Pearl Harbor, seconde guerre mondiale).

 

Every Thing will be fine de Wim Wenders : un jeune écrivain en panne d'inspiration s'installe dans une cabane de pêche pour écrire. Survient un grave accident. Mort d'un enfant. Bien que non responsable, Tomas est rongé par la culpabilité. Ce tragique évènement va bouleverser va vie, mais aussi sa plume. Il devient un auteur à succès. Douze ans plus tard, le gamin impliqué dans l'accident, devenu adolescent, vient demander des comptes. L'écrivain est-il un prédateur qui se nourrit du malheur d'autrui ? C'est une des questions que pose Wim Wenders dans ce film, mais il perd beaucoup de temps avec les états d'âme de son héros. Le film est magnifique, très intense, limite oppressant, mais je me suis quand même un peu ennuyée.

 

 

Côté théâtre

La Révolte de Villiers de l'Isle-Adam (Mise en scène de Marc Paquien, au Théâtre des Bouffes du Nord) : Quand la femme d'un grand bourgeois obsédé par l'argent lui annonce qu'elle le quitte, ce sont deux visions du monde qui s'affrontent. Lui : matérialiste., pragmatique, conservateur et terre à terre. Elle : idéaliste, rêveuse, sensible, éprise de beauté et de poésie. Un affrontement d'une grande modernité et un texte de toute beauté.

Malheureusement quelque chose ne fonctionne pas dans cette pièce. Anouk Grinberg y est prodigieusement agaçante : tantôt agitée comme une marionnette cassée, tantôt inaudible. Dommage !

Et la fin est d'une grande cruauté. Matérialisme : 1 - Idéalisme : 0.

 

Vanishing point de Marc Lainé (Théâtre de Chaillot) : un spectacle magnifique, mélange de théâtre, de vidéo et de musique, qui s'articule autour de la question "Peut-on être à deux endroits en même temps ?" Un long road trip à travers le Grand Nord québécois, à travers des forêts, des lacs gelés et des aubes bleutées, à travers le rêve, la poésie et un doigt de folie, jusqu'au bout de l'amour et de la douleur d'aimer, et au-delà de soi-même. J'ai été totalement transportée par cette histoire qui pique les yeux et distille son mystère jusqu'à la fin : que veut Tom, où est Jo, jusqu'où ira Suzanne ?

 

 

Côté expo

J'ai dû renoncer (provisoirement) à voir l'exposition Bonnard (trop de monde…) et je me suis consolée en allant à Beaubourg, prendre un bain d'art contemporain avec la collection "une histoire" qui expose des œuvres datant des trente dernières années. L'accrochage est super intéressant parce qu'il est organisé par thèmes : l'artiste comme archiviste, comme historien, comme documentariste,… ; et mélange les genres : vidéos, installations, photos, architecture, design, musique. Etonnant. Et j'ai pu constater que j'avais de grosses lacunes ;-)

 

(à suivre…)

 

 

Mais en attendant, je pars pour une semaine de randonnée en Italie. Il faudra donc attendre un peu pour avoir mon avis sur Les Producteurs d'Antoine Bello, le 3e épisode du CFR.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sous les galets 08/05/2015 10:15

là tu vois, je me dis que Paris...bah c'est Paris. Je pense que ta semaine italienne touche à sa fin, j'espère que tu en as bien profité et j'ai hâte qu'on parle ensemble du tome 3

Papillon 11/05/2015 10:56

C'est bien le seul avantage que je trouve désormais à Paris : la vie culturelle. Alors j'en profite le plus que je peux.

Une ribambelle 02/05/2015 12:24

J'espère que le temps prévu en Italie sera plus ensoleillé que celui que l'on a depuis deux jours ici....

Papillon 11/05/2015 10:52

On a eu un temps magnifique, beaucoup mieux que ce qui était initialement prévu.

Aifelle 02/05/2015 07:01

J'ai hésité devant le Wim Wenders et les horaires ne collaient pas pour "La maison au toit rouge". Peut-être passeront-ils un jour sur Arte. Bonne randonnée, je t'envie d'aller dans cette région d'Italie qui me fait rêver.

Papillon 11/05/2015 10:50

L'Italie était un bonheur, comme toujours :-)

Kathel 01/05/2015 14:23

Je serais bien allée voir le Wim Wenders, mais il faudrait que j'y aille seule... Mr K est trop sensible et s'ennuie plus facilement que moi ! ;-)
Tu vas ans les Cinque Terre ? C'était en projet une année, mais nous sommes allés à Naples et Ischia.

Papillon 01/05/2015 18:51

Trop long le Wim Wenders mais très beau (avec une vraie 3D intéressante).
Les Cinque terre c'est un vieux projet aussi, mais que je n'arrêtais pas de repousser, parce qu'il y a tant de beaux endroits en Italie. Donc c'est pour cette année !

Delphine-Olympe 01/05/2015 14:22

Tous les musées sont fermés aujourd'hui :-(
Et pourtant je serais bien allée à Beaubourg ou à la fondation Vuiton... Ce sera donc pour demain !
Régale-toi bien Italie ! Où vas-tu ?

Papillon 01/05/2015 18:48

Les musées sont fermés et il pleut ! :-( pas de chance !
Je vais au Sud de Gênes, dans les Cinque terre, cinq petits villages colorés accrochés à la falaise.

keisha 01/05/2015 14:10

Argh, tu lis le Bello number 3, veinarde. Rando en Italie : chic!
Si tout va bien, ce week end c'est Beaubourg avec Le Corbusier et Favart avec Ciboulette!Je ne me lasse pas de lire sur mon billet : 'maison fondée en 1715'

Papillon 01/05/2015 18:47

Je crains que ma rando en Italie ne soit un peu hum... mouillée ;-)
Tu nous raconteras l'expo Le Corbusier ? Le personnage n'a pas l'air très sympathique d'après ce qu'on lit dans la presse ces derniers temps, et pourtant son projet architectural avait l'air plutôt humaniste...