Le principe - Jérôme Ferrari

Publié le par Papillon

« Ce qui compose la substance du monde n’est pas matériel. »

 

 

En 1932, un jeune physicien allemand, Werner Heisenberg, obtient le prix Nobel de physique pour avoir posé les bases de la mécanique quantique. Soixante ans plus tard, un jeune étudiant en philosophie, un brin arrogant, rate un examen pour avoir négligé l’étude d’Heisenberg. Il en gardera toute sa vie une fascination pour le physicien dont il entreprend de nous livrer la biographie, sous la forme d’une longue épître mêlant affectueuse vénération et douce ironie.

 

Que les lecteurs allergiques aux sciences dites « dures » ne prennent pas leurs jambes à leur cou aux mots de quantique, d’atome et de théorème : la physique quantique n’est pas l’objet de ce livre. L’objet de ce livre, ce sont les deux pôles entre lesquels l’humanité ne cesse de balancer depuis toujours : violence et beauté. L’objet de ce livre, c’est un homme qui fut follement épris de beauté sous toutes ses formes, qu’elle s’exprime dans un paysage de montagnes et de lacs ou dans une chaconne de Bach, et qui fut confronté à l’extrême violence du XXe siècle : nazisme, holocauste, bombe atomique. Le troisième pôle de ce livre, c’est le langage, qui peine bien souvent à traduire la réalité du monde.

 

« Vous étiez si peu naïf qu’il vous était impossible de croire que toute la réalité du monde se laisserait un jour apprivoiser par les concepts familiers du langage des hommes, vous saviez qu’il faudrait en venir à la cruelle nécessité d’exprimer, comme le font les poètes, ce qui ne peut l’être et devrait être tu. »

 

C’est parce qu’Heisenberg prit conscience, un matin d’illumination sur l’île d’Helgoland, que le langage était impuissant à décrire la beauté du monde qu’il comprit aussi que le langage de la physique classique était inadapté à expliquer les phénomènes atomiques ; il fallait inventer un nouveau langage, ce fut la physique quantique et le principe d’incertitude (que j’aime ce concept…). Mais le destin de tout langage est d’être tordu, violé et dévoyé. La guerre est venue qui a perverti la physique quantique pour en faire naître la bombe atomique ; et, soixante plus tard, du lieu d'où nous écrit ce narrateur qui n’est plus ni si jeune ni si arrogant, les financiers ont dévoyé les mathématiques pour fabriquer une autre forme de bombe qui nous a explosé en pleine face en 2008.

 

Ce que raconte Jérôme Ferrari, une nouvelle fois, mais de façon beaucoup plus subtile que dans son précédent roman, c’est cet éternel recommencement de l’histoire qui veut que l’homme n’en finit jamais de dévaster tout ce qu’il bâtit. Heureusement, il nous reste, encore et toujours, la transcendance de la beauté. Et pour approcher la transcendance de la beauté, il faut lire ce roman, qui est justement écrit dans une langue si superbement élégante et ciselée qu'elle vous donnera des frissons.

 

« Dans ce lieu secret, qui n’est même pas un lieu, les contradictions s’abolissent en même temps que les images et leur chair familière ; il n’y demeure aucun vestige du monde que le langage des hommes peut décrire, aucun lointain reflet, mais seulement la forme pâle des mathématiques, silencieuse et redoutable, la pureté des symétries, la splendeur abstraite de la matière éternelle, toute cette inconcevable beauté qui attendait depuis toujours de se dévoiler à vos yeux. »

 

 

Cuné en parle ; Dominique aussi.

 

 

Du même auteur :

 

 

Actes Sud, 2015. – 164 p.

 

 

Et je l'ajoute aux pépites de Galéa (en précisant que c'est un livre que j'ai acheté en librairie). 

 

 

 

Commenter cet article

sous les galets 08/05/2015 10:25

Mais quel billet Papillon !!!!!!
J'aime tout dans ce que tu dis dans ta chronique, je vais le lire, et je peux te dire que tu le vends vraiment bien. C'est très beau ta dernière phrase (pour le coup c'est toi qui me met les frissons), je le note pour moi et je l'intègre avec grand plaisir au non-challenge des pépites ;-)
Merci beaucoup

Papillon 11/05/2015 11:02

Il m'a inspirée, Ferrari :-) Un livre vraiment magnifique.

Céline 20/03/2015 10:28

J'avais beaucoup aimé l'écriture dans son précédent roman, mais l'histoire (surtout la fin) m'avait un peu gênée. Je lirai celui-ci en tous cas !

Papillon 21/03/2015 20:27

Celui-ci est magnifique à tous points de vue : l'histoire, les thèmes qu'il aborde et surtout sa plume, de toute beauté.

Yv 17/03/2015 15:05

Je viens de l'acheter

Papillon 18/03/2015 20:02

J'ai hâte de lire ton avis, j'espere que tu seras aussi emballé que moi...

Laure 14/03/2015 08:52

Celui là, je vais le lire, c'est certain !

Papillon 14/03/2015 20:36

Je te le conseille fortement ! Et si les Bibliomaniacs le mettaient à leur programme, ce serait super ;-)

jerome 12/03/2015 12:48

Tu en parles tellement bien et moi j'adore tellement cet auteur que je compte me lancer dans cette lecture au plus vite !

Papillon 12/03/2015 20:51

Tu vas te régaler alors ! C'est un bijou, ce livre, qui aborde plein de choses dans une forme super condensée et d'une plume ma-gni-fi-que !

Philisine Cave 11/03/2015 17:27

Je n'ai jamais lu cet auteur mais à chaque fois, on parle d'un style très propre. Je pense que je commencerai par ce livre-ci pour découvrir sa plume

Papillon 11/03/2015 20:23

C'est un bon choix pour commencer !

Aifelle 11/03/2015 13:15

Je commence à me sentir chatouillée par ce roman, même si au départ je n'étais pas forcément tentée.

Papillon 11/03/2015 20:23

Il a une plume exceptionnelle, rien que pour ça, ce serait de passer à côté.

Titine 11/03/2015 10:50

Je rejoins complètement Cuné, ton billet est superbe et il donne vraiment envie de se jeter sur ce roman. Je n'entends d'ailleurs que des avis très positifs dessus.

Papillon 11/03/2015 20:21

C'est d'une beauté ! Et il dit beaucoup de choses en très peu de pages, je suis très admirative de sa concision.

Emma 11/03/2015 09:34

Encore un avis positif et je pense qu ce n'est pas fini ! Pour ma part, j'attends encore d'autres avis pour me faire une idée à savoir si je le lis ou pas, et comme de toute façons je les lis toujours après coup, on verra.

Papillon 11/03/2015 20:20

Je l'ai trouvé excellent et je le conseille vraiment, ne serait-ce que pour le plaisir de la plume.

Cuné 11/03/2015 07:25

Magnifique billet ! :)

Papillon 11/03/2015 20:19

C'est dingue comme il y a des bouquins qui nous inspirent plus que d'autres ;-)